Le secteur de l’aviation civile compte parmi les plus décriés au monde, en raison de leurs fortes émissions de gaz à effet de serre (GES), à contre-courant de la sauvegarde de l’environnement. La première compagnie de l’Hexagone, Air France, a déployé un département de recherche et d’innovation afin de compenser ses émissions carbone et d’atteindre les ambitieux objectifs de l’Accord de Paris. A travers différents projets de compensation carbone, elle s’inscrit dans une démarche de développement durable.

Compensation carbone d'Air france

Réduire son impact sur l'environnement, un objectif de longue date

Dès 1996, la publication de rapports annuels sur son impact environnemental place le groupe Air France-KLM parmi les plus investis. En signant la convention d’engagement lors du Grenelle de l’Environnement de 2008, Air France établit et atteint ses objectifs, notamment la modernisation et l’amélioration de l’efficacité énergétique de la flotte, et la réduction des nuisances sonores. Elle ne cesse d’innover depuis sur l’éco-pilotage en collaborant avec des start-up françaises (OpenAirlines, Safety Line). Air France travaille également sur l’utilisation de biocarburant plus écologique que le kérosène, l’allègement des équipements, la suppression du plastique à usage unique… Parvenu en 2019 à réduire de 20% ses émissions par passager et par kilomètre par rapport à 2005, la compagnie s’est engagée à aller plus loin et à les réduire de 50% à l’horizon 2030. Pour atteindre ces objectifs de réduction des émissions GES, Air France-KLM entame un procédé de compensation carbone volontaire en janvier 2020. Le groupe collabore avec des ONG (A Tree for You) et des entreprises sociales (EcoAct) pour compenser ses émissions de GES irréductibles et atteindre la neutralité carbone qu’il s’est fixé. Il finance ou développe des projets de reforestation, de recherches sur les énergies renouvelables, de préservation de la biodiversité…

Compensation carbone d'Airfrance

Des projets de compensation carbone

Complémentaire à la réduction des émissions de CO2, la compensation carbone consiste à soutenir financièrement des projets de restauration de l’environnement naturel dans les pays développés ou en voie de développement. Il existe deux mécanismes de compensation carbone :

  • le marché de conformité sous la forme du mécanisme de développement propre (MDP) ou de la mise en œuvre conjointe (MOC), ouvrant droit aux crédits carbone de l’ONU
  • le marché de compensation volontaire, avec des crédits carbone obtenus auprès de labels locaux ou internationaux. Un crédit carbone équivaut à 1 tonne équivalent CO2 (dioxyde de carbone).

Projets de compensation réglementaires

Le Système Communautaire d’Échange de Quotas d’Émissions (en anglais EU-ETS : European Union Emission Trading Scheme), déployé à l’échelle de l’UE après ratification du Protocole de Kyoto, détermine les quotas d’émission pour chaque compagnie concernée dans le secteur de l’industrie. Ce marché du carbone permet aux entreprises vertueuses de vendre leurs crédits carbone et aux entreprises polluantes d’en acheter pour compenser leurs émissions excédentaires. Air France suit les directives du SCEQE depuis 2012 pour ses vols intra-européens. Air France compense également ses émissions liées aux vols internationaux par l’achat de crédits carbone sur le marché mondial CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation → Régime de compensation et de réduction du carbone pour l’aviation internationale). CORSIA valorise les biocarburants qui représentent un enjeu environnemental encore négatif, l’huile de palme étant un facteur majeur de déforestation et de perte de la biodiversité.

Projets de compensation proactive en partenariat avec des partenaires

A l’initiative de la compagnie, la compensation proactive permet de compenser les émissions carbone des vols domestiques intérieurs et internationaux. Depuis 2020, Air France s’est engagée avec des partenaires qui œuvrent à l’échelle internationale à la lutte contre le changement climatique. La compagnie participe donc à des projets de reforestation, de préservation de la biodiversité et de développement des énergies renouvelables. Ces projets compensatoires sont menés en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud (Brésil, Cambodge, Kenya, Inde…) mais aussi en France. Certifiés par les labels Gold Standard (WWF), VCS (VERRA) et CCB (CCBA), ils ouvrent droit aux crédits carbone. Les entreprises qui font voyager leurs collaborateurs à bord d’Air France peuvent compenser leur empreinte carbone en achetant des crédits carbone qui financent un projet de compensation.

Projets de compensation volontaire avec le programme Trip and Tree

Créée en 2017, l’association loi 1901 A Tree for You promeut le reboisement grâce au financement participatif des particuliers volontaires. Air France soutient l’association en fondant le programme Trip and Tree. A l’achat du billet d’avion, les voyageurs peuvent faire une donation afin de financer le projet de plantation d’arbres de leur choix et ainsi compenser l’empreinte écologique de leurs trajets.

compensation carbone airfrance

Après 4 ans d’activité, 10 projets de séquestration carbone ont été entièrement financés, pour 160 000 arbres plantés. En 2021, 8 projets sont en cours. Le transport aérien représente environ 3% des émissions mondiales. Les réductions pour limiter le réchauffement climatique impliquent notamment l’utilisation de carburants propres et une transformation des pratiques de voyage. Être neutre en carbone signifie pour les détracteurs des compagnies aériennes disposer d’un permis de polluer en ayant bonne conscience… Pourtant, c’est déjà un premier pas ! Mais si Air France s’inscrit réellement dans une démarche active à travers chaque projet de compensation, il reste un long chemin à parcourir pour répondre aux directives internationales.

loading...